• Hulwenn LUCAS

Est-il impossible de changer ?

Avec la neuroplasticité, il est maintenant prouvé que nous pouvons changer à tout âge !


www.stock.adobe.com

Cette idée reçue selon laquelle « je ne changerai pas » « ce n’est pas possible de changer (à mon âge, maintenant, etc.) est assez répandue. Cette idée est très protectrice si elle est précieusement gardée ou si elle est largement partagée avec son entourage.

Or, avec la neuroplasticité, il est maintenant prouvé que nous pouvons changer à tout âge ! La neuroplasticité expliquée simplement en 2 minutes : http://bit.ly/2kNppl0

Peu importe le changement, qu’il soit professionnel ou personnel, il est donc possible de changer (ouf !). Vous pourriez changer : 

  1. Votre relation à l’empathie

  2. Votre capacité à coopérer

  3. La confiance que vous vous accordez

  4. Votre capacité à gérer vos émotions


1. Votre relation à l’empathie

Ah l’empathie ! Ce mot si connu et si obscur à la fois… Il est connu parce que chacun sait que quand un médecin annonce, avec froideur et sans précaution, à cette femme enceinte « le fœtus n’est pas viable », c’est que ce médecin est dans une incapacité majeure à se mettre à la place de cette femme. Et ce mot « empathie » est également obscur parce que nous savons tous que ce médecin est humain (!) et qu’il fait son « boulot », sans doute en se protégeant d’une éventuelle gestion émotionnelle d’une femme dans la souffrance... 

Au travail, c’est pareil : combien d’entre nous sommes coupé(e)s de l’empathie, alors qu’elle est parfois si utile dans la relation à l’autre…et que parfois elle ne nous rend pas service :


  • Les avantages de l’empathie : être en lien avec les autres, avoir des relations authentiques, comprendre les émotions des autres, mieux coopérer

  • Les inconvénients de l’empathie : gérer les émotions des autres, gérer les siennes, prendre en charge l’autre

  • Comment développer des relations empathiques ?

*Entraînez-vous à vous mettre à la place des autres ! Avec qui ai-je été empathique aujourd’hui ? et avec qui je ne l’ai pas été et pourquoi ?

*Comment me serais-je senti(e) si j’avais été à la place de cette personne et dans cette situation ? que pourrais-je lui dire pour montrer mon empathie ?


Etre empathique avec tout le monde et tout le temps serait une erreur ! Selon le type de relation (manager, collègue, ami), choisissez avec qui et quand c’est bon pour vous d’être empathique. Et lisez « Cessez d'être gentil, soyez vrai! être avec les autres en restant soi-même » de Thomas d'Asembourg !


2. Votre capacité à coopérer

LE sujet à la mode, et qui, malgré tout, est incontournable quand on travaille avec les autres ! Nous savons tous qu’en coopérant, la perception de travailler ensemble sera « plus agréable ». Mais avez-vous vraiment envie de coopérer : peut-être que l’une des premières questions à se poser c’est l’envie ? Parce que le moteur de la coopération est bien l’envie de travailler ensemble. Si je suis dans l’opposition, j’ai un autre type d’envie : celle d’être dans l’opposition ! Alors, oui, il ne faut pas confondre opposition et opinions constructives, pour autant il y a quelques codes à respecter pour « bien » coopérer. 


  • Quels sont les codes d’une bonne coopération(1) ?

*Evaluez votre envie, amusez-vous d’elle ! Avez vous envie de contribuer à l’œuvre commune par opposition ? par abnégation ? dans une intention d’être complémentaire ? dans le plaisir ? pour une autre raison ?

*Adoptez la croyance « Tout ce dont vous avez besoin est dans l’équipe » : du soutien, des compliments, du budget, des encouragements, de l’écoute. 

*Reconnaissez que chacun a des besoins !

*Ne prenez pas en charge les besoins de l’autre alors qu’il/elle n’a fait aucune demande

*Ne faites pas faire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie : exit les jeux de pouvoirs

*De la transparence sur la vie de l’équipe : pas de secrets

*Instaurez des règles de régulation des manières de fonctionner de l’équipe

Ah, ce n’est pas simple de travailler en équipe !

  • Les avantages de la coopération : apprendre à travailler avec de nouvelles personnes, gagner en efficacité, remettre en question sa manière de faire en équipe, être au contact de ses besoins et de ceux des autres, développer son empathie

  • Les inconvénients de la coopération : des processus de décisions parfois longs, la perte de contrôle, la gestion de l’inconnu (que va-t-il se passer ? je ne sais pas)

(1) inspiré des travaux de Claude Steiner, Analyste Transactionnel


3. La confiance que vous vous accordez

Vaste sujet de développement personnel, qui pourtant s’applique si bien au monde professionnel.

La confiance en soi ce sont les actes que je mets en œuvre et qui me permettent d’augmenter la confiance que j’ai en moi. Si j’ai confiance en moi, peu importe si j’échoue ou si je réussis : dans tous les cas je gagne. Si j’ai une faible confiance en moi, si j’échoue, je considère que je perds et si je réussis, je considère que ce n’est pas assez bien. Bon, sur le papier, ça à l’air simple, (quoique). Mais quand il s’agit de passer à l’acte, c’est autre chose :

  • moi qui suis timide, vais-je oser demander une augmentation à mon patron ?

  • moi qui suis extraverti(e), vais-je avoir le courage de me taire en réunion pour respecter les autres et leurs places (au lieu de prendre toute la place) ?

  • moi qui suis manager, vais-je oser accompagner ce membre de mon équipe à développer la confiance en soi par le biais d’encouragements, de félicitations et de soutien ?

Comment développer la confiance en soi ? 

  • Evaluez la valeur que vous vous accordez : quels sont les premiers mots auxquels vous pensez quand vous pensez à votre valeur ? ces mots sont-ils positifs ou négatifs ? Intelligent, courageux, travailleur, looser, effacé, sans saveur ? Ces mots ont une influence sur l’estime de soi et vous pouvez le changer (ou pas !) avec des actes, lesquels vont facilement booster la confiance en soi.

  • Décidez d’un acte courageux que vous allez faire aujourd’hui ! faire une marche rapide de 30 mn, appeler mon collègue pour lui dire en quoi notre dernière conversation était inconfortable et de quoi j’ai désormais besoin dans notre relation, programmer un rendez-vous avec mon manager, regarder la boulangère dans les yeux plutôt que fuir son regard, etc…

  • Les avantages de la confiance en soi : avoir une meilleure estime de soi et par conséquence, que les autres aient une meilleure image de vous ; plus de sérénité ; une meilleure stabilité émotionnelle

  • Les inconvénients de la confiance en soi : un excès ou une faible de confiance en soi peut conduire à : des relations toxiques, une non écoute de ses besoins et de ceux des autres, « sauver » l’autre malgré lui : lui apporter l’aide qu’il/elle n’a pas sollicité

4. Votre capacité à gérer vos émotions

Lui aussi c’est un sujet à la mode ! Et si essentiel à la performance et au bien-être. 

Si vous avez 3 mn, je vous recommande à la vidéo fun et pédagogique sur le sujet des émotions http://bit.ly/2kFaMjN.

Puis-je changer ma capacité à gérer mes émotions ? Ai-je envie de changer cela ? Que cela pourrait-il m’apporter ?

Avec l’intelligence artificielle, nous sommes de plus en plus amenés à travailler avec les autres, car de nombreuses tâches sont désormais automatisées : elles ne requièrent plus l’intervention d’individus. Avec l’intelligence artificielle, l’industrialisation nécessite de moins en moins d’actions humaines et nous invite tous à être toujours plus dans des relations sociales. Or, pour être dans des relations sociales acceptables, encore faut-il ne pas insulter son collègue, son patron, ses clients ou encore ne rien dire ou ne pas se mettre à pleurer en présence d’un client parcequ’il a été odieux !

  • Les avantages à gérer ses émotions : retrouver la maitrise de soi, vivre des relations sociales agréables, mieux coopérer

  • Les inconvénients à gérer ses émotions : prendre ma responsabilité quant il s’agit de changer un comportement socialement non acceptable, devenir plus mature

Comment mieux gérer ses émotions ?

  • Identifier ses émotions : demandez-vous chaque matin comment vous vous sentez ?

  • Comprendre ses émotions et celles des autres : accueillez les, même s’il y a une partie de vous trouve qui trouve l’idée complètement saugrenue ! en les accueillant, vous pourrez passer à l’étape suivante

  • Réguler ses émotions et celles des autres : que pouvez-vous vous dire ou dire à l’autre pour qu’il/elle régule ? Dites quelque chose d’agréable à entendre !

  • Utiliser les émotions comme des alliées : elles vous parlent d’un besoin

  • La joie : le besoin de partager ce bonheur

  • La colère : le besoin de justice

  • La tristesse : le besoin d’être soutenu(e) pour passer à autre chose 

  • La peur : le besoin d’être rassuré(e)

  • Le dégoût : le besoin d’être protégé

Où en êtes vous de votre envie de changer ? Quels éléments voudriez-vous changer ?

A votre disposition pour une séance de flash coaching et identifier votre objectif professionnel, avec un test de personnalité* à l’appui.

*Vous êtes manager, cadre, entrepreneur : http://bit.ly/2lRwWzx

*Vous êtes troublé(e), débordé(e), inhibé(e) par vos émotions ou vous ne ressentez rien : http://bit.ly/2kowZlW

Hulwenn LUCAS 

Alliée et coach de votre performance, en toute humanité

0635221687

hulwenn.lucas@fenixconseils.com

0 vue
Contact

35 avenue Anatole France

91290, LA NORVILLE, France

​​

Tél : 01 64 90 03 35

hulwenn.lucas@fenixconseils.com

  • LinkedIn Social Icône

© 2019 par FENIX CONSEILS - Organisme de formation : Déclaration d'activité enregistrée sous le numéro 11 91 07539 91

EURL FENIX CONSEILS au capital de 5000 € - RCS : Evry B 800 191 116 - TVA intracommunautaire : FR 94800 191116

Hébergement : OVH - Site : Wix - Télécharger la politique de confidentialité